Accueil > Patrimoines > Les bâtiments conventuels de l’Abbaye Saint-Pierre à Brantôme

Les bâtiments conventuels de l’Abbaye Saint-Pierre à Brantôme


Intérêt
Difficulté d'accès
Marche d'approche
Durée de la visite
Toutes illustrations | Photos seules | Vidéos seules | Cartes postales seules

Situation

Ils se situent sur le boulevard Charlemagne (D78E2) à côté de la Dronne.

Historique

Les bâtiments conventuels de l’abbaye sont remaniés au XVIIe siècle par l’abbé la congrégation de Saint-Maur. Ils constituent la partie nord de l’abbaye.

Le pavillon d’angle nord qui jouxte le cloître est occupé par un remarquable escalier de pierre sur voûte en demi-berceau rampant construit au XVIIe siècle.

Les deux escaliers permettent d’accéder au dortoir des moines. Il semble que les anciens une entrée particulière dans le chœur par un escalier en vis aménagé au XVe siècle.

La salle capitulaire, la cuisine et le réfectoire occupent le côté nord du cloître, tandis que la salle des hôte et l’infirmerie sont logées dans la partie orientale du grand bâtiment abbatial.

Aujourd’hui, il ne demeure de cette organisation monastique qu’une partie du cloître ainsi que quelques salles, dont la chapelle consacrée à saint Anthime. En effet, Paul Abadie fait détruire une partie de ces bâtiments conventuels, le cloître et trois galeries sur les quatre existantes en 1858.

SOURCE : Visites Aquitaine

Descriptif

Les Bâtiments Conventuels abritent actuellement la Mairie de Brantôme, remaniés au XVIIe siècle par l’abbée le Prestre, un parent de Vauban. L’escalier monumental en pierre dit "de Vauban", un escalier à encorbellement, mène directement à l’étage à ce qui était le dortoir des moines. Il se caractérise par une superbe charpente en carène et qui accueille dorénavant des expositions temporaires. Les bâtiments abritent aujourd’hui 2 intéressants musées consacrés pour l’un à la Préhistoire et pour l’autre aux oeuvres réalisées en état de transe par l’étonnant Fernand Desmoulin (1853)-(1914). Une partie du bâtiment (les étages) est accessible gratuitement et l’autre est visible conjointement à la visite de l’Abbaye Saint-Pierre et de sa partie troglodytique.

Mairie de Brantôme

L’histoire de la ville de Brantôme se confond durant une très longue période avec celle de son abbaye, fondée par Charlemagne en 769. Cela explique sans doute le choix que la mairie fait en installant ses locaux dans l’ancien édifice abbatial.

En effet, depuis que Paul Abadie, architecte élève de Viollet-le-Duc, a restauré l’abbaye, celle-ci a abrité plusieurs fonctions telles que la mairie, la justice de paix, l’école, le presbytère mais aussi des logements de fonction.

L’ancienne mairie était une maison de ville au cœur du bourg. Il n’est pas rare que ces dernières cohabitent avec les justices de paix, créées en 1790 par l’Assemblée constituante pour régler les procès mineurs. Le juge de paix, quant à lui, siège au chef-lieu de canton.

L’utilisation d’un bâtiment existant pour abriter des fonctions officielles retrace la volonté d’intégrer harmonieusement ces éléments dans le cours de l’histoire d’une commune.

SOURCE : Visites Aquitaine

Charpente du dortoir des moines de l’abbaye de Brantôme

La charpente de l’abbaye de Brantôme est visible dans l’ancien dortoir des moines. Certaines de ses parties remontant à la création de l’édifice, elle présente un véritable intérêt architectural.

L’abbaye de Brantôme se compose d’une église, d’un cloître et d’un vaste corps de logis, la charpente conservée provient de ce dernier bâtiment. Au fil du temps, la charpente se dégrade et en 1884, le maire de la commune en confie la réparation à l’architecte la Bourdeillette.

La construction d’une charpente impose de veiller à donner aux matériaux utilisés la forme la plus convenable et la plus apte à résister au poids de la toiture qui la surplombe. Ainsi, à Brantôme, la nef est longue d’environ 58 mètres, ce qui ne rend pas la chose aisée. La charpente est donc composée de dix-sept fermes, elles-mêmes composées de plusieurs demi-fermes. Celles-si s’assemblent à la partie supérieure sur une ligne de liernes et à la partie inférieure sur le pied de ferme formé d’un blochet.

Afin que l’ensemble ne se déforme pas et que les pièces ne se fatiguent, un contreventement horizontal est fait à l’aide de liernes et d’un sous-faîtage. On prétend qu’elle est réalisée en châtaignier et en chêne.

Depuis le 19 février 1957, cette charpente fait l’objet d’un classement aux monuments historiques.

SOURCE : Visites Aquitaine

Classement

Les façades et toitures, charpentes et escalier intérieur du bâtiment monastique du XVIIe siècle ne furent classés qu’en 1957 par arrêté du 19 février.

 

SystèmeDatumnotationcoordonnées Xcoordonnées Y
Lambert 93RGF93D.d515793.858196996476586.0482166
Lambert II+NTFD.d467591.720346062041812.6821026
Lambert IIINTFD.d467599.550222463341816.124168
UTM zone 31WGS84D.d315703.037776835026077.5463299
Peuso-mercatorWGS84D.d71990.9826129555679003.481485
Latitude LongitudeWGS84DMS0°38'48.142"45°21'50.274"

Evaluation

 Vos observations sur Les bâtiments conventuels de l’Abbaye Saint-Pierre à Brantôme